Menu

Du lundi au vendredi
de 08h30 à 12h30 et de 14h à 19h.
Le samedi de 8h à 12h.

48 bis Henri Barbusse
59880 Saint-Saulve

Prendre rendez-vous
03 27 23 16 00

Pathologies tendineuses

Pourquoi le recours à un chirurgien ?

Les tendinopathies sont le plus souvent traitées médicalement et avec succès.
Même si ces pathologies nécessitent souvent un arrêt ou une modification des activités sportives et que la guérison nécessite de longs mois, la chirurgie est, au final, rarement indiquée.
Dans certaines circonstances la symptomatologie perdure et le traitement médical est mis en échec.
Le chirurgien orthopédiste peut intervenir pour aider la cicatrisation des lésions. Une des techniques récentes consiste à injecter des facteurs de croissance obtenus à partir d’un prélèvement sanguin (injection de concentrés plaquettaires). Exceptionnellement en cas d’échec des traitements après un délai supérieur à 6 mois et en présence de lésions spécifiques mises en évidence par un IRM, un peignage peut être proposé.

D’autres traitements chirurgicaux sont parfois indiqués pour corriger une anomalie à l’origine des lésions, suturer une rupture secondaire ou réaliser une plastie de renfort devant un tendon fragilisé au stade de pré rupture ou devant une rupture ancienne passée inaperçue.

Traitement des lésions tendineuses par injection de concentrés plaquettaires

Cette technique récente consiste à injecter dans des lésions tendineuses aigues ou chroniques « un plasma riche en plaquettes » ou PRP. Ce PRP riche en facteurs de croissance est obtenu par centrifugation à partir d’un prélèvement sanguin.

Il est ensuite immédiatement injecté dans la lésion en consultation ou au bloc opératoire selon les cas après anesthésie locale cutanée.

Elle peut nécessiter l’échographie simultanée ou une radiographie simultanée.

Ce PRP est un gel riche en plaquettes. Les plaquettes sont riches en facteurs de croissance importants dans les phases de cicatrisation des tissus.

Ces injections de concentrés plaquettaires permettent d’accélérer la guérison en participant naturellement au processus de guérison en stimulant la production cellulaire tendineuse et vasculaire.

Cette technique est simple et atraumatique. Elle est le plus souvent réalisée et organisée au cours d’une simple visite. Elle ne nécessite pas d’hospitalisation.

Les indications actuelles, en traumatologie du sport sont variées mais les publications sont encore rares. Des travaux ont été réalisés dans les pathologies tendineuses, ligamentaires, musculaires et dégénératives.

Traitement chirurgical des tendinopathies

Il est exceptionnellement proposé en cas d’échec d’un traitement médical bien conduit après un délai d’au moins 6 mois et en présence de lésions intra tendineuses authentifiées.
Il est parfois indiqué pour traiter des facteurs favorisants ou en cas de rupture ou pré-rupture tendineuse.

Le peignage de tendon consiste à enlever les lésions intra-tendineuses et à réaliser des incisions dans l’axe des fibres du tendon afin de provoquer un processus de cicatrisation tendineuse. Il concerne surtout le tendon d’achille. Il nécessite une période d’immobilisation de quelques semaines. Il peut être pratiqué en ambulatoire. Les résultats sont très inconstants.

Les ruptures tendineuses nécessitent une intervention afin de suturer les tendons. Ces ruptures peuvent intéresser les tendons quadricipital, rotulien ou achilléen. Les ruptures de tendon d’achille sont immobilisées par une botte pendant 6 semaines alors que les ruptures des tendons du genou seront mobilisées rapidement.

D’autres traitements chirurgicaux peuvent être réalisés afin de traiter des anomalies à l’origine des lésions :
- exérèse de la pointe de rotule pouvant être à l’origine de tendinopathie d’insertion du tendon patellaire ( dans les sports de saut)
- exérèse de fragments mobiles dans le cadre de séquelles de maladie d’Osgood-Schlatter sur la tubérosité antérieure du tibia
- ostéotomie du calcanéum ou exérèse de la grosse tubérosité en cas de tendinopathie d’insertion du tendon d’achille.

Contactez-nous

Consultez également :