Menu

Du lundi au vendredi
de 08h30 à 12h30 et de 14h à 19h.
Le samedi de 8h à 12h.

48 bis Henri Barbusse
59880 Saint-Saulve

Prendre rendez-vous
03 27 23 16 00

Prothèse totale de Hanche mini-invasive

Pourquoi une prothèse totale de hanche mini-invasive?

L’arthrose (ou usure du cartilage) ne guérit pas spontanément et est irréversible. L’aggravation se fait de manière progressive entrainant une limitation progressive des activités : limitation du périmètre de marche et des mobilités, boiterie et marche de plus en plus difficile nécessitant parfois le port d’une canne.

Le traitement médical devient alors inefficace.

Quand le handicap est important et vous empêche d’avoir une vie normale, il est logique d’envisager la mise en place d’une prothèse totale de hanche.
C’est évidemment le patient qui fait le choix d’une intervention et non le chirurgien. Ce dernier vous aidera à comprendre les avantages et les inconvénients de la chirurgie.

Le but de l’opération est de supprimer les douleurs et de récupérer les mobilités permettant de reprendre la marche, une vie normale et vos activités sportives.

Comment se déroule une arthroplastie de la hanche par voie mini-invasive ?

La réalisation d’une prothèse totale de hanche consiste à retirer les 2 surfaces articulaires usées par le frottement et de les remplacer par des composants artificiels ayant la même morphologie.

La prothèse totale est composée de plusieurs pièces: une cupule hémisphérique creuse impactée dans le bassin et une tige fémorale coiffée d’une bille. Celle-ci remplace la tête du fémur et s’articule avec la cupule acétabulaire.

L’intervention est menée sous anesthésie locorégionale (rachianesthésie) ou générale .C’est l’anesthésiste qui décide avec vous de la meilleure solution en fonction de votre état de santé en consultation pré-anesthésique.

L’opération est réalisée par une voie d’abord dite mini-invasive visant à limiter les dégâts musculaires en écartant simplement les muscles sans les couper par une voie d’abord limitée en taille.

Le but de ces techniques mini-invasives est de favoriser la récupération musculaire.

Bien sûr la cicatrice est beaucoup plus petite, mais ce n’est pas la raison principale du développement de ces techniques.

Dans la mesure où il y a moins d’agression musculaire, la reprise de la marche se fait plus rapidement et l’obtention du résultat est souvent plus rapide. Le respect de l’environnement musculaire améliore également la stabilité de la prothèse.

Une courte incision est pratiquée au niveau de la fesse.

L’articulation de la hanche est exposée en écartant les muscles.

La tête du fémur est coupée au niveau du col.

La cavité du bassin (cotyle) est fraisée et le fémur est préparé afin de recevoir les différents composants de la prothèse :

- Le cotyle ou cupule insérée dans le bassin
- La tige (remplace le col) dans le fémur sur laquelle est placée une tête.
- La tête ou bille s’articule avec la pièce du bassin.

L’intervention chirurgicale dure en moyenne 1 heure.

Quelles sont les suites opératoires habituelles d’une prothèse totale de hanche ?

L’hospitalisation dure 5 à 6 jours en moyenne.
Un traitement intraveineux pour la douleur sera mis en place immédiatement en post-opératoire et adapté en fonction de la surveillance.
Le lendemain de l’intervention, vous serez assis au fauteuil et recommencerez à marcher 24 ou 48 heures après l’intervention. L’équipe médicale vous expliquera les mouvements à éviter pendant la phase de cicatrisation.
La sortie est possible quand vous êtes capable de vous déplacer avec les cannes et que vous aurez pratiqué les escaliers.
Il n’y a pas de nécessité, sauf cas particulier, d’aller dans un centre de rééducation.
Des séances de rééducation seront réalisées en ville.
La conduite automobile est en moyenne autorisée 3 semaines après l’intervention parfois plus tôt.
La reprise du travail varie de 2 semaines (travail sédentaire) à 2 mois en cas de travail physique.

Quels sont les risques et complications d’une prothèse totale de hanche ?

Il existe des risques communs à toute intervention chirurgicale.

En dehors des risques liés à l’anesthésie, certains risques sont plus spécifiques à la réalisation d’une prothèse de hanche :

Un hématome peut se produire : il est fréquent mais nécessite rarement une évacuation chirurgicale ou une transfusion. La survenue d’une infection est rare (moins de 1%) mais nécessite des traitements lourds. Elle nécessite un lavage chirurgical de la prothèse. Un traitement antibiotique est alors mis en place pendant plusieurs semaines. Un changement de la prothèse peut être parfois nécessaire. Certains facteurs favorisants sont recherchés avant l’intervention : infection dentaire, urinaire, pulmonaire, diabète.

Une atteinte des nerfs à proximité de la zone opérée est exceptionnelle pendant l’intervention mais peut entrainer une perte partielle de la sensibilité et de la motricité de la jambe.

Les phlébites et embolies pulmonaires sont les conséquences de caillots de sang se bloquant dans les veines de la jambe et la cuisse. Les phlébites sont fréquentes mais il s’agit souvent de « petites phlébites » qui amènent simplement à prescrire des anticoagulants plus longtemps. L’embolie pulmonaire est beaucoup plus rare et correspond à la migration de ces caillots dans les veines pulmonaires.

La hanche peut se déboiter (luxation) lors de mouvements extrêmes. Les techniques mini-invasives et les implants actuels diminuent fortement ce risque (moins de 1%).

Cette liste n’est pas exhaustive. Votre chirurgien évaluera avec vous le rapport bénéfice/risque de cette intervention dans votre cas particulier et se tient à disposition pour tout renseignement complémentaire.

Quels sont les résultats attendus d’une prothèse de hanche ?

Les résultats sont souvent très satisfaisants aboutissant à une disparition des douleurs et à une récupération rapide des mobilités articulaires avec une marche normale. Plus de 80 % des patients oublient leur hanche à terme comme si il n’y avait pas eu d’opération.

La reprise des activités sportives se fait progressivement selon les conseils de votre chirurgien. Le vélo, la natation, le golf et tous les sports sans contrainte sont autorisés. Pour certains sports, ils seront autorisés chez les sportifs réguliers qui ont un excellent contrôle musculaire.

La durée de vie moyenne d’une prothèse de hanche est d’au moins 20 ans avec les matériaux actuels.

Au total, plus de 95 % des patients sont satisfaits ou très satisfaits de l’intervention.

Contactez-nous

Consultez également :