Menu

Du lundi au vendredi
de 08h30 à 12h30 et de 14h à 19h.
Le samedi de 8h à 12h.

48 bis Henri Barbusse
59880 Saint-Saulve

Prendre rendez-vous
03 27 23 16 00

Fracture du col du fémur

Qu’est-ce qu’une fracture du col du fémur ?

Les fractures du col du fémur et du massif trochantérien sont fréquentes chez le sujet âgé atteint d’ostéoporose.

Elles correspondent à la cassure de l’os au niveau de la partie supérieure du fémur (os de la cuisse) qui s’articule avec le bassin.

L’os devenant plus fragile en cas d’ostéoporose, une simple chute peut provoquer une fracture du col du fémur ou du massif trochantérien.

Elles surviennent plus rarement chez le sujet jeune et sont alors généralement engendrées par un traumatisme violent (AVP, accident de sport).

Le traitement et les enjeux sont différents en fonction du type de fracture et de l’âge.

Qu’elle est la cause principale d’une fracture du col du fémur ?

L’ostéoporose correspond à une fragilité de l’os liée à l’âge.

Le diagnostic d’ostéoporose est souvent posé au décours de ces fractures. L’ostéotérose peut être dépistée par un examen : l’ostéodensitometrie.

L’ostéoporose entraîne surtout des fractures au niveau du col du fémur, des poignets et de la colonne vertébrale.

Quels sont les symptômes et les conséquences ?

En cas de fracture déplacée, la marche devient immédiatement impossible. Il existe des douleurs en regard de la hanche et le membre est déformé.

En cas de fracture non déplacée, la marche peut rester possible et le diagnostic sera réalisé par le bilan radiologique.

Les conséquences liées à la perte d’autonomie peuvent être importantes chez le sujet âgé et conduire à des complications majeures liées à l’alitement.

Quelle est l‘évolution habituelle après une fracture du col du fémur ?

L’objectif principal dans le traitement de ces fractures est de permettre de récupérer le plus rapidement possible une hanche stable et indolore afin d’éviter la grabatisation pouvant entrainer le décès.

En cas de traitement adapté et rapide, le taux de mortalité reste élevé dans les études et dépend de la qualité de la prise en charge et de l’état général.

Quelles sont les solutions ?

Chez le sujet âgé :

Le but du traitement est de faire reprendre le plus rapidement possible un appui et une autonomie à la marche.

Dans certains cas de fracture dite engrenées ou non déplacées, un traitement fonctionnel peut être envisagé.

Dans la majorité des cas la fracture est déplacée et le traitement chirurgical s’impose si l’on veut rendre rapidement l’autonomie au patient.

Le traitement consiste alors à la réalisation d’une prothèse de la hanche qui s’effectue alors selon les mêmes modalités que dans le cas d’une coxarthrose.

Chez le sujet jeune :

Dans la mesure du possible, il sera toujours essayé de conserver la hanche native. Ce n’est qu’en cas d’échec qu’il sera discuté de la mise en place d’une prothèse totale de hanche.

Contactez-nous

Consultez également :