Menu

Du lundi au vendredi
de 08h30 à 12h30 et de 14h à 19h.
Le samedi de 8h à 12h.

48 bis Henri Barbusse
59880 Saint-Saulve

Prendre rendez-vous
03 27 23 16 00

Chirurgie rotulienne

Qu'est ce que la luxation épisodique de la rotule ?

La rotule peut être instable et sortir de son rail. On parle de luxation. Le ligament qui relie la rotule au fémur appelé MPFL( ligament fémoro-patellaire médial) est alors le plus souvent arraché.
L'instabilité rotulienne se manifeste le plus souvent par des épisodes récidivants de luxation rotulienne entrainant des sensations de « déboitements ». Les gonflements sont également fréquents. Des douleurs accompagnent généralement ces phénomènes d'instabilité.
Enfin, les épisodes répétitifs de luxation de la rotule peuvent engendrer des lésions du cartilage de la rotule pouvant aboutir à l'arthrose.

Le but de l'opération est de stabiliser la rotule afin de supprimer les épisodes d'instabilité.

Comment se déroule une chirurgie pour instabilité de la rotule ?

L'intervention consiste à stabiliser la rotule. C'est une chirurgie à la carte en fonction des anomalies diagnostiquées.
Elle consiste à corriger les anomalies osseuses ou reconstruire le ligament de la rotule (MPFL) qui est arraché.

L'intervention est menée sous anesthésie locorégionale (rachianesthésie) ou générale C'est l'anesthésiste qui décide avec vous de la meilleure solution en fonction de votre état de santé en consultation pré-anesthésique.

Plusieurs gestes peuvent être réalisés seuls ou en association. Certains de ces gestes peuvent être réalisés sous arthroscopie.

Des gestes peuvent être réalisés sur l'appareil ligamentaire, ils visent le plus souvent à reconstruire le ligament de la rotule (MPFL) qui est systématiquement arraché dans le cadre de luxations épisodiques de la rotule. L'intervention est réalisée par techniques mini-invasives en réalisant 3 petites cicatrices à la face antérieure du genou.
Le ligament est reconstruit à l'aide d'un tendon prélevé à la face interne du genou. Il est ensuite fixé à sur le fémur et la rotule. Une arthroscopie est souvent réalisée pour faire le bilan des lésions du cartilage associées et réaliser une section de l'aileron rotulien externe.

Des gestes peuvent être réalisés sur l'attache du tendon rotulien sur la tubérosité tibiale antérieure afin de corriger la hauteur ou la translation de la rotule. Une incision de 5 cm est réalisée en regard.
Une pastille osseuse est faite à la scie et ensuite translatée en interne. Elle est fixée par 2 vis.

L'intervention dure de 30 min à une heure selon les gestes réalisés.

Quelles sont les suites opératoires habituelles d'une chirurgie de la rotule ?

L'hospitalisation dure 48 à 72 heures.
Un traitement intraveineux sera mis en place immédiatement en post-opératoire et adapté en fonction de la surveillance.
L'appui est autorisé d'emblée et la rééducation commence dans le service dès le lendemain. La reprise de la marche se fait le lendemain de l'intervention aidée avec des cannes les premiers jours. Une attelle est souvent prescrite pour une période de 3 à 6 semaines en fonction des gestes réalisés.
Il n'y a pas de nécessité absolue d'aller en centre de rééducation et elle sera le plus souvent réalisée en ville au cabinet du kinésithérapeute.
La reprise d'une marche normale est obtenue en moyenne au bout de 1 mois. La conduite automobile est le plus souvent autorisée à ce délai.
La reprise du travail varie de 15 jours (travail sédentaire) à 2 mois post-opératoire (travail physique) et en fonction des gestes réalisés.
La reprise du sport est souvent autorisée à partir du 3eme mois post-opératoire.

Quelles sont les risques et complications potentiels ?

Il existe des risques communs à toute intervention chirurgicale.
En dehors des risques liés à l 'anesthésie certains sont plus spécifiques à la réalisation d'une chirurgie de la rotule: un hématome peu se produire : il est fréquent mais nécessite rarement une évacuation chirurgicale ou une transfusion.
La survenue d'une infection est exceptionnelle. Elle nécessite de réaliser une nouvelle intervention pour lavage ainsi qu'un traitement antibiotique pendant plusieurs semaines.
Les phlébites et embolie pulmonaire sont les conséquences de caillots de sang se bloquant dans les veines de la jambe et la cuisse. Les phlébites sont fréquentes mais il s'agit souvent de « petites phlébites » qui amènent simplement à prescrire des anticoagulants plus longtemps. L'embolie pulmonaire est beaucoup plus rare et correspondant à la migration de ces caillots dans les veines pulmonaires.
Une raideur du genou est possible en l'absence de rééducation adaptée. L'évolution de la récupération sera surveillée au cours des consultations successives.
Des phénomènes inflammatoires pouvant occasionner des douleurs et une raideur peuvent persister plus longtemps (algodystrophie).
Une atteinte des nerfs à proximité de la zone opérée est exceptionnelle pendant l'intervention et peut entrainer une perte partielle de la sensibilité et de la motricité de la jambe.

Cette liste n'est pas exhaustive. Votre chirurgien évaluera avec vous le rapport bénéfice/risque de cette intervention dans votre cas particulier et se tient à disposition pour tout renseignement complémentaire.

Quels sont les résultats attendus d'une stabilisation de la rotule ?

Les résultats sont bon permettant d'obtenir l'absence de récidive de luxation de la rotule dans plus de 90% des cas. Les douleurs sont généralement améliorées mais ce n'est pas le but principal de l'intervention. Celles ci dépendent essentiellement des lésions du cartilage présentes avant l'intervention.

Contactez-nous

Consultez également :