Menu

Du lundi au vendredi
de 08h30 à 12h30 et de 14h à 19h.
Le samedi de 8h à 12h.

48 bis Henri Barbusse
59880 Saint-Saulve

Prendre rendez-vous
03 27 23 16 00

Arthroscopie du genou pour lésions méniscale

Pourquoi une arthroscopie du genou ?

Les lésions méniscales sont très fréquentes et correspondent le plus souvent à une déchirure d’une partie plus ou moins importante du ménisque.

Le ménisque déchiré a peu de potentiel de cicatrisation spontanée et la déchirure peut s’agrandir avec le temps dans certains cas. La partie du ménisque abimée n’est plus fonctionnelle et est à l’origine de la douleur. Elle peut parfois provoquer un blocage de l’extension du genou lorsque le fragment vient s’interposer dans l’articulation (blocage méniscal en anse de seau). La lésion méniscale peut s’accompagner d’un kyste.

En cas de gêne importante, le chirurgien vous proposera une intervention chirurgicale pour vous soulager des douleurs et reprendre vos activités y compris sportives.

Comment se déroule une arthroscopie du genou pour traiter une lésion méniscale ?

L’arthroscopie est une technique peu invasive. Elle consiste à réaliser l’intervention dans l’articulation à l’aide d’une petite caméra permettant ainsi de visionner l’intérieur de l’articulation sans l’ouvrir.
Elle respecte les tissus avoisinants et ne compromet pas la réalisation d’une chirurgie ultérieure.
L’intervention consiste le plus souvent à retirer la partie du ménisque endommagée et intéressée par la déchirure en conservant au maximum le tissu méniscal sain. Dans certains cas, la lésion peut être accessible à une réparation par une suture.

L’intervention est menée sous anesthésie locorégionale (rachianesthésie) ou générale. C’est l’anesthésiste qui décide avec vous de la meilleure solution en fonction de votre état de santé en consultation pré-anesthésique.

L’intervention est réalisée à l’aide de 2 petites incisions de quelques millimètres.
Une caméra est introduite par l’une des incisions pour voir à l’intérieur de l’articulation et explorer la lésion. L’ensemble de l’articulation est exploré afin de vérifier l’état du cartilage et des ligaments croisés.
L’autre incision permet de rentrer les instruments chirurgicaux.
Si le ménisque n’est pas réparable (majorité des cas) et qu’il n’a aucune chance de cicatrisation, une méniscectomie est réalisée. Elle consiste à rogner le ménisque jusqu’en tissu sain à l’aide d’une pince rongeur. Les morceaux de ménisque retirés sont progressivement aspirés.

Si le ménisque est réparable, celui-ci est suturé à l’aide d’un matériel adapté.

L’intervention dure environ 30 minutes.

Quelles sont les suites opératoires habituelles d’une arthroscopie du genou pour lésions méniscale ?

L’hospitalisation se déroule en ambulatoire sur une demi-journée et sans nuit à la clinique.
Un traitement intraveineux sera mis en place immédiatement en post-opératoire et adapté en fonction de la surveillance.
La reprise de la marche avec appui sur la jambe opérée se fait immédiatement. Les cannes peuvent être utiles les premiers jours mais sont facultatives.
Si une suture méniscale est réalisée, une attelle sera maintenue pendant les trois premières semaines.
Il n’ y a pas de nécessité d’aller dans un centre de rééducation.
Des séances de rééducation peuvent être utiles mais sont facultatives. Elles consistent à travailler la mobilité du genou et les muscles de la cuisse. Elles seront réalisées en ville.
La reprise du travail varie de quelques jours (travail sédentaire) à 1 mois post- opératoire en cas de travail physique intense.
Les activités sportives sont reprises progressivement à partir du 1er mois parfois plus tôt sauf en cas de suture méniscale (à partir de 3 mois).

Quels sont les risques et complications potentielles d’une arthroscopie du genou pour lésions méniscale ?

Il existe des risques communs à toute intervention chirurgicale.
Le taux de complications est très faible dans ce cadre d’intervention ( < 1%).
En dehors des risques liés à l'anesthésie certains sont plus spécifiques à la réalisation d’une arthroscopie du genou :
Un hématome peut se produire : il est rare et nécessite rarement une évacuation chirurgicale.
La survenue d’une infection est exceptionnelle dans le cadre d’une arthroscopie puisqu’elle s’effectue sous un système de lavage permanent. Elle nécessite de réaliser un lavage par une nouvelle arthroscopie ainsi qu’un traitement antibiotique pendant plusieurs semaines.
Les phlébites et embolie pulmonaire sont les conséquences de caillots de sang se bloquant dans les veines de la jambe et la cuisse. Les phlébites sont fréquentes mais il s’agit souvent de « petites phlébites » qui amènent simplement à prescrire des anticoagulants plus longtemps. L’embolie pulmonaire est beaucoup plus rare et correspondant à la migration de ces caillots dans les veines pulmonaires.
Des phénomènes inflammatoires pouvant occasionner des douleurs et une raideur pouvant persister plus longtemps (algodystrophie).

Cette liste n’est pas exhaustive. Votre chirurgien évaluera avec vous le rapport bénéfice/risque de cette intervention dans votre cas particulier et se tient à disposition pour tout renseignement complémentaire.

Quels sont les résultats attendus d’une arthroscopie du genou pour lésions méniscale ?

En l’absence de lésion associée du cartilage et des ligaments croisés, les résultats sont excellents dans plus de 95% des cas. Les blocages et les douleurs disparaissent rapidement. Le genou peut rester gonflé de façon variable pendant quelques semaines.
La marche normale est reprise le plus souvent au bout de quelques jours. L’ensemble des activités sportives peut être repris le plus souvent sans difficultés.

Si le ménisque a été suturé, les taux de cicatrisation oscillent entre 80 et 90 %. En cas d'échec, une nouvelle intervention peut finalement s’avérer nécessaire pour enlever le ménisque fissuré.

Les résultats peuvent être différents si il existe des lésions du cartilage authentifiées au cours de l’arthroscopie et en fonction de l’importance des lésions.

Si le ménisque a été retiré en partie, le risque de survenue d’arthrose du genou est plus important après 10 à 20 ans d’évolution.

Contactez-nous

Consultez également :