Menu

Du lundi au vendredi
de 08h30 à 12h30 et de 14h à 19h.
Le samedi de 8h à 12h.

48 bis Henri Barbusse
59880 Saint-Saulve

Prendre rendez-vous
03 27 23 16 00

Arthrose du genou

Qu'est ce que l'arthrose du genou ?

L'arthrose du genou appelée aussi gonarthrose est liée à une usure de l'articulation.

L'arthrose correspond à l'usure du cartilage. Le cartilage perd progressivement ses propriétés mécaniques et disparaît. Les 2 surfaces osseuses se retrouvent à nu et frottent alors entre elles et sont à l'origine des symptômes. La gonarthrose peut être globale intéressant alors les 3 compartiments ou touchée uniquement un compartiment (arthrose unicompartimentale).
Une usure progressive de l'os se produit ensuite avec le temps pouvant entrainer une destruction de l'articulation.

Quelles sont les causes d'usure du genou ?

L'arthrose du genou appelée aussi gonarthrose est le plus souvent primaire.
Elle est alors sans cause et correspond à l'usure de l'articulation liée au vieillissement.
Elle peut être également due à des lésions préexistantes parmi lesquelles les lésions secondaires à des traumatismes du sport.
Les séquelles de lésions méniscale ainsi que l'existence d'une lésion des ligaments croisés peuvent entrainer une dégradation précoce du cartilage articulaire. Les séquelles de fracture atteignant les surfaces articulaires sont aussi responsables d'arthrose précoce.

Certaines malformations comme la dysplasie de la trochlée fémorale peuvent être à l'origine d'arthrose précoce uni-compartimentale.

Certaines pathologies comme l'ostéochondrite disséquante ou des lésions traumatiques sont à l'origine de lésions localisées du cartilage pouvant engendrer une arthrose précoce.

Le surpoids et le surmenage (activité sportive intense) peuvent favoriser l'apparition plus précoce d'une arthrose du genou.

Quels sont les symptômes et les conséquences d'une gonarthrose ?

Le principal symptôme est représenté par la douleur dont la localisation est variable en fonction du siège de l'usure. Elle est de rythme mécanique et survient le plus souvent lors des activités sollicitant le genou et à la marche. Elle est le plus souvent calmée par le repos.
D'autres signes sont fréquemment retrouvés comme des gonflements fréquents, survenant par crise, liés à la présence d'un épanchement articulaire de liquide synovial. Les blocages sont également possibles.
Le genou peut se déformer et se dèsaxer en présence d'une usure osseuse importante. Ces déformations sont appelées GENUVARUM ET GENUVALGUM en fonction du siège de l'usure et du type de déformation. Un jeu anormal de l'articulation peut également apparaître à l'origine de manifestations d'instabilité avec la sensation de genou qui lâche ou se déboite et pouvant parfois être à l'origine de chutes.
Enfin, le genou peut s'enraidir entrainant une diminution de la mobilité.

En l'absence de traitement, la douleur et la raideur articulaire augmentent entrainant progressivement la perte d'autonomie.

La radiographie suffit au diagnostic le plus souvent. Elle montre alors un pincement articulaire, correspondant à la diminution de l'épaisseur du cartilage. Elle précise le degré d'usure et la présence d'ostéophytes (becs de perroquet).

Quelle est l'évolution habituelle d'une arthrose du genou ?

Le plus souvent l'aggravation est progressive.

De façon la plus fréquente, l'arthrose s'installe lentement sur plusieurs années et touche l'adulte après 50 ans. Elle peut survenir plus précocement et s'installer plus rapidement surtout dans le cadre de séquelles traumatiques, d'activité soutenue ou de surpoids.
L'arthrose du genou entraine une limitation fonctionnelle généralement croissante : le périmètre de marche et les activités se réduisant progressivement. Le port de cannes devient généralement nécessaire au cours du temps. En cas de symptômes importants, on observe le plus souvent une perte de l'autonomie.

Quelles sont les solutions quand on souffre d'arthrose du genou ?

Le traitement varie en fonction de l'âge, du niveau d'atteinte, de la localisation (arthrose globale ou unicompartimentale) et surtout de l'importance de la gêne occasionnée.

Les traitements médicaux

Ils sont souvent efficaces plusieurs années au début de la maladie et en présence d'usure modérée. Les traitements sont uniquement symptomatiques et ne permettent pas de ralentir l'évolution.
Ils associent généralement une adaptation des activités, un traitement médicamenteux antalgique et antiinflammatoire.
Les infiltrations intra-articulaires de corticoïdes permettent de diminuer les gonflements et de calmer les crises. Enfin des injections de gel visqueux d'acide hyaluronique, appelées viscosupplémentation, sont souvent efficaces au début de l'évolution de la maladie. Elles peuvent être renouvelées tous les ans en cas d'efficacité.

Les traitements chirurgicaux

Ils sont proposés surtout en cas d'usure marquée et d'inefficacité des traitements médicaux.

A la différence de l'arthrose de la hanche, les traitements chirurgicaux proposés sont plus variés.

L'arthroscopie du genou consiste à réaliser une intervention par de petites incisions à l'aide d 'une caméra. Elle permet de réaliser un lavage de l'articulation et de quantifier les lésions. Elle permet également de traiter une déchirure du ménisque souvent présente et d 'enlever des fragments d'os et de cartilage qui peuvent se bloquer dans l'articulation. Elle est surtout indiquée en cas de manifestations de blocages ou d'accrochages liés à ces lésions. Elle est peut efficace en l'absence de lésions méniscale.

L'ostéotomie du genou peut également être proposée en cas d'arthrose unicompartimentale entre le fémur et le tibia chez le patient jeune et actif. Elle consiste à décharger le compartiment atteint en réaxant le genou.

Les prothèses uni-compartimentales sont des prothèses partielles qui peuvent être proposées en cas d'arthrose isolée d'un compartiment. Elles consistent à remplacer uniquement les surfaces articulaires du compartiment intéressé. Elles présentent l'avantage d'économiser le reste du genou et de le rendre proche de la normale. Elles permettent d'obtenir le plus souvent des résultats meilleurs que les prothèses totales si les conditions de pose sont respectées.
Les indications sont très ciblées et nécessitent que certaines conditions soient respectées : ligament croisé intact, bonne mobilité, peu de déviation angulaire.

La prothèse totale du genou enfin consiste à remplacer l'ensemble des surfaces articulaires par une prothése.

Contactez-nous

Consultez également :