Menu

Du lundi au vendredi
de 08h30 à 12h30 et de 14h à 19h.
Le samedi de 8h à 12h.

48 bis Henri Barbusse
59880 Saint-Saulve

Prendre rendez-vous
03 27 23 16 00

Arthroscopie de la hanche

Pourquoi une arthroscopie de la hanche ?

L’arthroscopie de la hanche permet de traiter des lésions à l’intérieur de l’articulation. Ces lésions provoquent des douleurs, des blocages et une limitation des activités notamment sportives. Les pathologies accessibles à cette technique peuvent correspondre à :

Un corps étranger intra-articulaire issu d’un fragment de cartilage qui s’est détaché, libre ou mobile dans l’articulation. Il peut aussi provenir d’ossifications dans le cadre de maladies synoviales appelées ostéochondromatoses. Ils sont alors généralement nombreux.

Une pathologie du bourrelet. Le bourrelet acétabulaire est un joint fibreux au pourtour de l’articulation. Ce « ménisque » de la hanche peut être le siège d’une déchirure.

Un conflit de la hanche dû à des contacts osseux anormaux entre le col du fémur et le bassin au cours des mouvements de grandes amplitudes.

Ces lésions ne guérissent pas spontanément. Des dommages du cartilage peuvent être engendrés par les fragments qui se bloquent dans l’articulation pouvant aboutir à l’usure de l’articulation (arthrose).

Le but de l’arthroscopie de la hanche est de supprimer les lésions afin de soulager les blocages et les douleurs. Elle peut également permettre d’éviter la dégradation du cartilage.

Comment se déroule une arthroscopie de la hanche ?

L’arthroscopie de la hanche est une technique peu invasive. Elle consiste à réaliser une intervention dans l’articulation à l’aide d’une petite caméra permettant ainsi de visionner l’intérieur de l’articulation.
Elle respecte les tissus avoisinants et ne compromet pas une chirurgie ultérieure.

Cette intervention est généralement réalisée sous anesthésie générale afin d’obtenir un meilleur contrôle de la tension musculaire pour décoapter la hanche.

L’intervention est réalisée grâce à de petites incisions de quelques millimètres réalisées au niveau de la hanche. La hanche est décoaptée grâce à un système de traction : ceci pour en améliorer l’accès.

Une caméra est introduite par l’une des incisions pour voir à l’intérieur de l’articulation, diagnostiquer les dégâts cartilagineux et explorer la lésion. Les autres incisions permettent de rentrer les instruments chirurgicaux.

En fonction de votre pathologie plusieurs gestes peuvent être réalisés :

ablation de la partie abimée du bourrelet, extraction de corps étranger libre dans l’articulation, fraisage d’un excès d’os du fémur ou du bassin (rebord du cotyle) à l’origine d’un conflit.

L’intervention dure de 30 min à 1 heure en fonction des lésions à traiter et des gestes à réaliser.

Quelles sont les suites opératoires habituelles d’une arthroscopie de la hanche?

L’hospitalisation dure 24 à 48 heures.

Un traitement intraveineux sera mis en place immédiatement en post-opératoire et adapté en fonction de la surveillance.

La reprise de la marche se fait le lendemain de l’intervention aidée avec des cannes les premiers jours.

Il n’ y a pas de nécessité, sauf cas particulier, d’aller dans un centre de rééducation.

Des séances de rééducation seront réalisées par un kinésithérapeute en ville.

La reprise du travail varie de 10 jours (travail sédentaire) à 1 mois en cas de travail physique. Les activités sportives sont reprises progressivement à partir du deuxième mois.

Quels sont les risques et complications potentielles?

Il existe des risques communs à toute intervention chirurgicale.

En dehors des risques liés à l ‘anesthésie certains sont plus spécifiques à la réalisation d’une arthroscopie de la hanche :

Le système de traction du membre utilisé peut exceptionnellement entrainer une paralysie d’un nerf à l’origine d’une insensibilité de la cuisse et du périnée (neurapraxie du nerf pudendal). Cette complication exceptionnelle est le plus souvent transitoire.

Un hématome peut se produire : il est fréquent mais nécessite rarement une évacuation chirurgicale ou une transfusion.

La survenue d’une infection est exceptionnelle dans le cadre d’une arthroscopie puisqu’elle s’effectue sous un système de lavage permanent. Elle nécessite de réaliser un lavage par une nouvelle arthroscopie ainsi qu’un traitement antibiotique pendant plusieurs semaines.

Les phlébites et embolies pulmonaires sont les conséquences de caillots de sang se bloquant dans les veines de la jambe et la cuisse. Les phlébites sont fréquentes mais il s’agit souvent de « petites phlébites » qui amènent simplement à prescrire des anticoagulants plus longtemps. L’embolie pulmonaire est beaucoup plus rare et correspond à la migration de ces caillots dans les veines pulmonaires.

Cette liste n’est pas exhaustive. Votre chirurgien évaluera avec vous le rapport bénéfice/risque de cette intervention dans votre cas particulier et se tient à disposition pour tout renseignement complémentaire.

Quels sont les résultats attendus d’une arthroscopie de la hanche ?

Les blocages disparaissent le plus souvent rapidement. La marche sans boiterie survient généralement dans les semaines qui suivent l’opération.

Le résultat sur la douleur est plus variable et dépend de l’importance des dégâts cartilagineux associés qui auront été quantifiés au cours de l’arthroscopie. En l’absence de lésions du cartilage ou de lésions modérées, les résultats sont bons sur la douleur dans plus de 80% des cas.

Contactez-nous

Consultez également :